• Accueil
  • Actualités
  • À Nantes, la Croix-Rouge inaugure un «Village» conçu pour toutes les générations

À Nantes, la Croix-Rouge inaugure un «Village» conçu pour toutes les générations


Contre les exclusions, les fractures territoriales et l’isolement des plus âgés, la Croix-Rouge française innove. À Nantes, l’association a mis en place, avec l’aide financière de nombreux organismes et de la Région du Pays de Loire, le Village du Bois Bouchaud. Inauguré le 30 septembre 2017 en présence de Jean-Jacques Eledjam, Président de la Croix-Rouge française, ce nouvel ensemble médico-social intergénérationnel rassemble un centre maternel de 96 places (48 places mères et 48 places enfants), un centre parental hébergeant jusqu’à 15 couples en situation précaire, une crèche collective de 80 places et une résidence pour personnes âgées autonomes de 36 logements, de 36 à 48 mètres carrés.

Garantir le maintien de la mixité sociale

Proposant des activités très variées, ce Village vise à « maintenir la mixité sociale existante dans le quartier », explique communiqué de la Croix-Rouge publié le 30 septembre. Chaque centre a son propre bâtiment et son entrée. Dans les espaces « communs » du village, les générations se croisent. Enfants de la crèche, jeunes mamans et retraités font la vie sociale du jardin et participent à de multiples ateliers. Ici, les maîtres-mots : « intergénérationnel, autonomie, participation, accompagnement et rencontres », estime l’association.

Prévenir la perte d’autonomie

« Au village nous côtoyons des mères, des pères et leurs enfants au centre maternel et au centre paternel, des enfants et leurs familles à la crèche et des seniors sur la résidence autonomie, explique Catherine Bouget, directrice du complexe. Les professionnels de chaque établissement s’appliquent à aider et à accompagner chacun dans l’acquisition, le développement de son autonomie ou la prévention de la perte de celle-ci. » La preuve que la cohabitation intergénérationnelle a de beaux jours devant elle.


© Croix-Rouge française / Philippe Grosvalet / Twitter


Sur le web

Le site de la Croix-Rouge française