Circuler facilement chez soi


Cette fiche d'information est non exhaustive et est donnée à titre indicatif et général pour vous aider à comprendre pourquoi et comment améliorer votre autonomie.
Il est préférable de prendre conseil auprès d'un ergothérapeute, professionnel de la rééducation et de la réadaptation avant d'entreprendre des modifications spécifiques à une situation de handicap. Son avis technique est requis lors d'une demande de financement d'aménagement , et il est le seul à mettre en lien vos capacités, leur évolution et les contraintes de votre domicile.


Portail


Dans un premier temps un portail bien entretenu, c'est à dire qui ne vous résiste pas et s'ouvre facilement est déjà un point favorable. 
Il existe des motorisations qui peuvent être compatibles avec un portail en place afin d'automatiser son ouverture, sinon acquérir un portail électrique peut vous faciliter des manœuvres parfois pénibles.
Ces mécanismes d'automatisation à rajouter sont également disponibles pour les portes de garage.
Cela vaut la peine de se renseigner sur la compatibilité et la faisabilité de ces adaptations pour un moindre coût.


Accès à la porte d'entrée


Le chemin qui mène à la porte d'entrée qu'il soit court ou long devra être éclairé pour plus de sécurité.
Si ce n'est pas le cas, il existe des systèmes lumineux à détection de mouvement ne nécessitant pas de travaux pour les installer.
Installez la lumière plutôt au niveau du sol pour limiter les zones d'ombre et les contrastes qui peuvent jouer des tours.

Si le sol du chemin est instable et glissant, il ne facilite pas le passage avec une aide à la marche à roue (rollator, fauteuil roulant, etc.) voire il est dangereux : il crée une instabilité.
Dans ce cas là, essayez au moins d'aménager un passage d'1,20 mètres, assez large pour vous, pour une personne qui soutiendrait une autre, pour un fauteuil roulant, etc.

Si le dénivelé entre ce chemin aménagé ou déjà existant et le reste de la cour est trop important ou abrupte (si une personne risque de planter sa canne hors de la voie et tomber ou si une roue s'y engouffre cela  risque de faire dérouter l'aide à la marche qui devient à son tour dangereuse, etc.), créez un rebord s'il ne gène pas plus le passage.


Le seuil de la porte d'entrée


Si vous avez une marche trop haute pour vous ou plusieurs, vous pouvez opter pour l'installation d'une barre d'appui spéciale utilisation extérieure parallèle ou perpendiculaire au mur adjacent à la porte ou si vous avez de la place devant d'installer une rampe pour créer une pente accessible en fauteuil notamment. Cette pente ne doit pas dépasser 5% de dénivelé pour être confortable.

                     


Comme pour toute marche d'escalier, signalez les nez de marche et évitez ces derniers trop saillants : cela peut faire trébucher une personne qui aurait déjà du mal à lever la jambe, légèrement cela permet de "rassurer visuellement " lors de la descente.

S'il existe un ressaut de plus de 2 centimètres ou moins mais qui vous gène tout de même notamment avec une aide à la marche à roue il existe des rampes de seuil portables et petites pour pallier à cela.
Est-il possible d'installer une barre d'appui à l'entrée? si oui n'hésitez pas à sécuriser le passage de cette marche avec.

Parfois un chanfrein pour les ressauts de maximum 4 centimètres peut suffire à ne pas faire du seuil un obstacle insurmontable : chaque personne est différente, votre maison doit s'adapter à vos propres besoins et capacités, parfois cela passe par des adaptations qui ne sont pas dans les normes préconisées.


Porte d'entrée


Vous n'entendez pas la sonnerie de la porte d'entrée? des systèmes portables, à sonnerie amplifiée ou à signal lumineux peuvent vous changer la vie!
Ces systèmes peuvent s'insérer dans la structure le votre maison ou s'ajouter simplement pour les systèmes à pile.


La largeur de la porte ne doit pas être inférieure à 90 centimètres et sa poignée pour être confortable et plus préhensible sera longue et assez large et galbée.
Les poignées rondes demandent de forcer sur les articulations, autant s'en passer. Il existe des rallonges de poignée.


                                                           

Entrée


L'entrée est le moins encombrée possible pour ne pas gêner les déplacements sans mais surtout avec une aide à la déambulation.
Les abords de la porte doivent  être libérés, évitez de coller un petit meuble (certes pratique pour poser des clefs) qui peut gêner l'ouverture de la porte en grand mais aussi la manipulation d'une canne par exemple.

Les tapis en général sont à éviter dans une aire de passage pour éviter de se prendre les pieds ou la canne dedans, glisser, etc. Déplacez les, quitte à les fixer (par adhésif) à un endroit où on ne passe pas souvent du moins.


Couloir


Les couloirs ne doivent pas être moins larges que 80 centimètres. 
S'ils sont plus larges ou plus étroits (trop étroit pour utiliser son aide à la marche correctement) et longs, installer une ou deux mains courantes peut suffire à sécuriser les déplacements debout.

La main courante doit laisser la main libre lors de la préhension ( pas trop près du mur) et être facilement préhensible sans se baisser ou avoir à élever l'épaule.
Bien sur l'éclairage ne doit pas non plus être négligé dans cette pièce à part entière qu'est le couloir.


Escalier


L'escalier n'est pas vraiment l'allier des vieux jours! Cependant là encore la technologie peut rendre ce passage réalisable.
Dans un premier temps, si vous montez (et descendez!) les escaliers à pied vous pouvez sécuriser ce déplacement grâce à 

  • une ou deux mains courantes qui débuteront avant les escalier et se termineront après tout simplement pour attaquer la première marche stabilisé en bonne posture et idem pour la dernière marche! Pensez à jouer sur le contraste si vous avez du mal à discerner.
  • à propos des contrastes : l'éclairage placé au plus bas ( chemin lumineux à détection de mouvement idéalement) et le marquage des marches ( marquage visuel et/ antidérapant sur le nez des marches) éviteront les ombres et le manque de contraste!

Si par contre utiliser les escaliers est trop périlleux à cause d'un équilibre précaire, un manque de force, une grande fatigabilité ou parce que vous êtes en fauteuil, quelques solutions techniques peuvent vous changer la vie.
Ces solutions qui nécessitent un avis de faisabilité et un devis peuvent  faire l'objet d'une demande d'aide financière auprès des organisations en charge.

  • le monte escalier avec un siège : il en existe pour escalier rectilignes ou courbes. Ils nécessitent suivant les modèles une largeur d'escalier minimum (65 centimètres pour les plus petits). Le siège (pivotant ou non) est fixé sur un rail et se replie pour ne pas gêner quand il n'est pas utilisé.Ils sont munis d'une télécommande sur le siège pour gérer le déplacement. Attention au poids maximum de l'utilisateur qui peut varier suivant les modèles. Les batteries se rechargent sur secteur.

                                      
  • le monte escalier avec une plateforme pour fauteuil roulant qui possède les mêmes grandes caractéristiques que celui avec siège.
                                
                                           

  • des ascenseurs privatifs ou élévateurs verticaux peuvent également s'installer en intérieur ou en extérieur.

  • Pour les personnes ne pouvant monter les escaliers seules mais qui sont accompagnées il existe des monte escaliers mobiles : sortes de "diables" assistés électriquement soit munis d'une chaise intégrée soit pouvant accueillir une personne dans son propre fauteuil roulant. Ils nécessitent des essais et un petit apprentissage mais ils peuvent vous accompagner en vacances ou en déplacement contrairement à une solution fixe.Attention au poids maximum supporté. 


                                           



              Article rédigé par un ergothérapeute de l'équipe Autonom-ease