Des marches à ressorts inventées pour faciliter la mobilité


Des marches à ressort pour monter les escaliers plus facilement en cas de handicap ou de troubles de la motricité ? C’est l’idée d’une équipe de chercheurs qui vient de mettre au point ce nouveau système aux États-Unis. «Les solutions actuelles pour les personnes en situation de handicap ne sont pas pratiques ou abordables : il est impossible ou trop coûteux d'installer un ascenseur ou un monte-marches à domicile», explique Yun Seong Song, professeur adjoint à la faculté des sciences et des technologies de l'université du Missouri et principal co-auteur de cette invention, décrite le 12 juillet 2017 dans la revue américaine Plos One. «Un système peu coûteux de marches qui stockent et libèrent l'énergie pourrait être un moyen pour ces personnes de garder leur indépendance de mouvements», estime-t-il.

Inspiré de chaussures prothétiques

Novatrice, cette nouvelle installation pourra être installée aisément sur des escaliers existants, et de manière temporaire. Les chercheurs ont calculé que ces marches, en libérant l'énergie stockée, permettaient de réduire de 37% l'effort sur les genoux en montant l'escalier. Chaque marche est munie de ressorts et équipée de capteurs de pression. Concrètement, lorsque quelqu'un descend l'escalier, chacune des marches s'affaisse lentement sous le poids avant de se stabiliser, emmagasinant l'énergie générée.

En montant, l’utilisateur actionne des capteurs qui débloquent les ressorts des marches, exerçant ainsi une poussée sur la jambe. Les chercheurs se sont en fait inspirés des chaussures prothétiques pour aider à monter des escaliers, appliquant le même principe sur les marches. «Descendre des marches d’escalier revient à mettre le pied sur le frein de votre voiture tout en appuyant sur l'accélérateur», explique Lena Ting, professeur d'ingénierie biomédicale à l'université Empry à Atlanta (Géorgie), autre co-auteur de l'invention.

De l’énergie « stockée »

«Les jambes brûlent beaucoup d'énergie à chaque pas en descendant un escalier pour freiner et éviter de descendre trop vite. Nos marches stockent cette énergie», ajoute-t-elle. En bonus : le système amortit en plus les articulations à la descente. Même ses concepteurs ne s’y attendaient pas... «Les ressorts dans les marches agissent comme des coussins et des freins, minimisant le choc sur les chevilles et les genoux», pointe le professeur Yun Seong Song. Idéal en cas de faiblesse dans les jambes ou d’autonomie diminuée.


© Sabine Teichert / Fotolia