En Italie, un médecin rend visite à ses patients à cheval


Au milieu des vignes plongées dans une brume épaisse, un homme galope à cheval. On se croirait dans un film d’antan mais la scène est bien actuelle. Dans le nord de l'Italie, pas loin d’Alba, c’est ainsi que le Dr Roberto Anfosso, âgé de 63 ans, visite ses patients, souvent très âgés. Une façon originale de se déplacer qui a créé une relation toute particulière entre médecin, animal et malades.

Des milliers de visites

« Durant les trois premières années et demi, j’ai effectué près de mille visites avec le cheval. Et, après ça, je n’ai plus compté ! », explique le Dr Anfosso à l’AFP. Cela fait presque dix ans que ce cavalier-médecin a troqué la voiture pour sa belle jument Ambra. Cette décision, il l’a prise un peu par hasard ; il avait prévu de faire une balade équestre quand il a reçu un appel pour une visite à domicile. Il a alors décidé de combiner les deux activités et, depuis, il effectue avec sa jument entre 80 et 100 kilomètres par semaine.

Entre soins, distraction et souvenirs

« Les anciens sont souvent fixés sur leurs pathologies et parlent constamment de cela. Le cheval les distrait de leur situation personnelle et, sur les 20 minutes que dure la visite, dix sont consacrées à parler du cheval, de leurs souvenirs », poursuit-il. En plus d’être écologique, c’est un moyen de nouer des liens privilégiés avec ses patients. La présence de la jument permet aux seniors d’être rassurés, plus en confiance. D’après ce docteur, ils ont tendance à s’ouvrir et à parler davantage de leurs pensées, de leurs ressentis. « Quand le médecin arrive à cheval, le patient a le sentiment qu’il a plus de temps à lui consacrer, il se sent gratifié. Cela crée une relation particulière, très humaine, moins institutionnelle. »

Un doyen de 104 ans

« Nous sommes habitués à le voir arriver à cheval. Pour nous, il n'y a rien d'étrange là-dedans. Cela crée une belle relation et donne le sentiment qu'il n'est pas pressé et qu'il peut mieux prendre soin de nous, explique à l’AFP un de ses patients et ami, Ignazio Fortino. C’est un très bon médecin, il est toujours là quand on a besoin de lui. » Le doyen a 104 ans et ne peut plus se déplacer jusqu’au cabinet. Selon lui, c’est l’un des endroits de l’Italie où la longévité est la plus élevée.

© Capture d’écran vidéo AFP/Youtube