« Une semaine. Pas d’amis. Pas de téléphone portable. Pas de contact. Pourriez-vous tenir seul ? Pourriez-vous passer une semaine sans voir personne ? C’est la réalité pour un demi-million de personnes âgées au Royaume-Uni. ». La campagne de l’association britannique « The campaign to end loneliness » (en français : « La campagne pour rompre la solitude ») frappait fort en 2017.

7 jours, déconnecté du monde

Elle montre le quotidien d’un jeune homme, Joe, qui s’est prêté au jeu et a passé une semaine sans voir personne et sans aucun contact extérieur. Tout au long de la semaine, il devait tenir un journal vidéo mais la tâche s’est avérée plus compliquée que prévue. Dès le commencement, Joe a pu se rendre compte de l’ambiance dans laquelle il allait passer les sept jours suivants : « C’est très tôt mais c’est remarquablement silencieux autour de moi… Je peux entendre les voisins marcher dans le couloir pour aller dehors, faire quelque chose de plus excitant que moi. Je suis un peu jaloux de ça d’ailleurs… ». Très vite, la solitude et le manque d’activité se font ressentir : « Je me suis endormi sur le canapé, devant la télévision, et, quand je me suis réveillé, j’ai eu cette réaction instinctive de regarder mon téléphone, chose que j’ai l’habitude de faire, mais il n’était pas là. J’ai tellement l’habitude de le regarder pour voir ce qui se passe dans le monde que je me sens différent. Ce n’est pas tant une addiction aux technologies mais plutôt la sensation d’avoir une connexion. ». Plus les jours passent, plus Joe perd ses repères : « Je ne peux plus dormir… C’est comme si je n’étais pas prêt à aller me coucher parce qu’il n’y a pas eu de début, de milieu ou de fin à ma journée, elle a juste été un long moment où je n’ai rien fait. ». Le manque d’activité pèse sur son moral : « C’est aujourd’hui le dernier jour, je compte les heures avant de pouvoir sortir. Je me sens si seul et je commence à comprendre la solitude que certains ressentent… ».

500 000 personnes isolées

En Grande-Bretagne, près de 500 000 personnes âgées vivent dans cette situation d’isolement. Ce quotidien était aussi celui de Barry après la mort de sa femme il y a trois ans. Ce retraité a rencontré Joe à la sortie de l’expérience et a partagé son ressenti : « Ce n’est pas quelque chose à laquelle tu penses avant que, finalement, ça t’arrive aussi. Soudainement, tu prends conscience de ça et tu réalises ce qui se passe dans le monde et à quel point certaines personnes sont seules. Ne plus avoir personne avec qui discuter ou partager des choses fait partie de la vie, surtout chez les seniors et la clé c’est simplement d’être ouvert aux gens, leur parler et oser aller les voir. ». L’association « The campaign to end loneliness » intervient dans tout le pays et propose des alternatives à la solitude des aînés. Pour la campagne 2018 (lien ci-dessous), elle a fait appel aux plus jeunes pour montrer comment créer facilement des liens avec des inconnus. Des vidéos poignantes et débordantes de réalisme.
© Capture d’écran YouTube

Sur le web
Campagne Youtube 2018
Site Campaign to end loneliness