Faciliter l'habillage et le déshabillage


Cette fiche d'information est non exhaustive et est donnée à titre indicatif et général pour aider à comprendre pourquoi et comment améliorer son autonomie.

Vous pouvez demander des conseils personnalisés (ou suivre ceux prodigués en cas de soins en institution) auprès d'un ergothérapeute* pour apprendre les techniques d'habillage adaptées à vos difficultés motrices et/ou cognitives.



Pré-requis fonctionnels de l'habillage


  • Mobilité : force musculaire, amplitudes articulaires, souplesse, équilibre.
  • Coordination bi-manuelle.
  • Coordination occulo-manuelle : dextérité, sensibilité, vue.


Lorsqu'un de ces pré-requis est absent ou altéré par le vieillissement naturel ou la maladie, il est souvent compensé par 


  • un autre pré-requis privilégié
  • l'abandon du port de certains éléments de l'habillage
  • l'adoption d'autres types de vêtements
  • un temps consacré à cette activité plus long 
  • des astuces personnelles
  • l'aide humaine d'un conjoint ou d'un aidant professionnel
  • le recours à des aides techniques dédiées


L'aide à l'habillage pour qui, pourquoi?


Pallier à une difficulté fonctionnelle : indépendance


Chaque geste du quotidien réalisé par soi-même participe au maintien de son indépendance et de son autonomie. Parfois une simple aide technique peut participer grandement à ce maintien. 

L'aide technique va pallier à une difficulté et ainsi restaurer l'indépendance des personnes en difficulté à cause d'un manque de dextérité pour tout ce qui concerne les  boutons, fermetures à glissière (chemises, pantalons, lacets) en cas de 

  • déformation des doigts par l'arthrose
  • douleur
  • tremblements
  • épaississement de la peau / perte de sensibilité
  • main flasque ou hypertonique
  • manque de force pour maintenir
  • vision insuffisante
  • etc.

mais également d'un manque d'amplitude articulaire et force musculaire pour tous les vêtements nécessitant de lever les bras, plier les jambes, se courber, fléchir le pied, etc.

  • douleurs aux épaules (arthrite, arthrose, lésions des ligaments, etc.)
  • membre flasque ou hypertonique (AVC, TC, etc.)
  • mouvements incontrôlés (IMC, polyhandicap, etc.)
  • troubles de l'équilibre
  • arthrose aux pieds, genoux, hanches
  • etc.


Limiter les manutentions pour l'aidant et l'aidé


Ce n'est pas parce qu'un aidant intervient lors de l'habillage qu'il ne faut pas penser à des solutions techniques facilitantes, en effet, tout ce qui peut limiter les manutentions sources de douleurs ou au minimum d'inconfort pour l'aidé et de gestes "usant" pour l'aidant est à envisager.

En effet, une personne ayant besoin d'une tierce personne (sans prendre en compte les troubles cognitifs qui ajoutent des difficultés) peut souvent être douloureuse, peu participante du fait de paralysie ou au contraire d'hypertonie par exemple.


Les aides techniques adaptées


---  > Boutonner - déboutonner : les enfile-boutons


Ce sont des manches plus ou moins larges, préformés ou non, souvent antidérapants, qui possèdent une boucle longue en métal afin d'aller chercher à entourer le bouton en passant par la boutonnière, ensuite soit on fait levier avec le poignet (réalisable à une seule main) soit on ajuste en tirant avec l'autre main.




---  > Manipuler une fermeture éclair


Pour faciliter la prise souvent très fine et glissante, on peut soit rajouter une zipper (boucle de la fermeture éclair) plus long, plus texturé ou doté d'une boucle (dans laquelle on passe juste le doigt, pas de prise fine du tout ainsi) soit utiliser un manche doté d'un crochet. A noter qu'il faut pouvoir viser le trou du zipper ce qui peut être compliqué aussi (viser, voir...).




--- > Mettre et enlever ses chaussettes / bas de contention


Se baisser et maintenir fortement l'écartement notamment pour les bas de contention peut être difficile ou douloureux. Plusieurs types d'enfile-bas sont disponibles

  • avec 2 manches ou 2 cordes longues terminées par une palette plus ou moins rigide
  • des dispositifs demeurant au sol se bloquant avec le pied libre et sur lequel s'insère la chaussette.
  • des dispositifs rigides destinés aux bas de contention
  • des longues pinces de préhension dotées d'un crochet peuvent suffire pour enlever les chaussettes.
  • à noter qu'il existe des enfile-bas de contention électriques plutôt destinés aux professionnels (prix élevé).




Mettre et enlever ses chaussures


Comme pour les chaussettes, se baisser, manipuler des lacets peuvent s'avérer compliqué lorsqu'on ne peut pas trop se baisser.

On peut donc soit agir sur le système de fermeture des chaussures 

  • via des lacets élastiques avec ou sans nœuds de blocage, ainsi on peut les retirer en se déchaussant avec l'autre pied, et les mettre plus rapidement : le temps baissé est moins long et on supprime les prises fines et manipulation de lacet.
  • via des chaussures à fermeture velcro, plutôt pour les chaussures de sport
ou utiliser des aides externes à la chaussures
  • via des chausse-pieds à long manche
  • via des pinces à long manche
  • via des dispositifs au sol pour enlever les chaussures




Mettre et enlever ses vêtements


Des douleurs ou un manque de mobilité d'un bras rendent difficile l'habillage du haut mais aussi du bas comme pour remonter un pantalon par exemple. Pour aider à réaliser ces mouvements, des crochets d'habillage plus ou moins longs, plus ou moins crochus ou doublés d'un chausse-pied existent. Des pinces de préhensions à long manche simples ou dotés de crochets font également ce travail.




Cas particulier du soutien gorge


En effet cette aide technique permet d'agrafer le soutien-gorge sur le devant, une encoche vient maintenir un bout, il remplace le bras non valide ou une main manquant de force et de dextérité. Ensuite il faut mettre le soutien-gorge à l'endroit en le faisant tourner autour du buste et enfiler les bretelles, cela demande de l’entraînement mais dépanne sérieusement certaines femmes.





Les vêtements pensés pour faciliter l'habillage


Lorsque les aides techniques ne suffisent pas à alléger les efforts à développer lors de l'habillage ou du déshabillage ou par choix de simplicité, on se tournera vers des vêtements conçus pour adoucir cette activité quotidienne.


Le manque de dextérité


Il va être compensé par des boutons à pression ou à velcro (pour la face cachée, la face visible restant esthétique avec des boutons). 




Manque d'amplitude (raideurs articulaires, manque de force)


Les vêtements sont conçus pour que la personne atteinte de raideurs articulaires ou musculaires ou souffrant de douleurs à la mobilisation qui l'empêchent de lever les bras, de déplier le coude ou la main par exemple puisse être habillée en douceur.

Des créations d'ouverture dans le dos ou sur les côtés pour les hauts et  des rajouts de bandes élastiques aux emmanchures, des brassières à attacher sur le devant, etc. rendent faciles à enfiler ces vêtements tout en restant esthétiques et discrets.




Les ouvertures des pantalons sont sur les côtés.

                                          


Position au fauteuil


Lorsqu'on est assis, surtout en cas de surpoids, les vêtements se "déforment" : le pantalon descend sur les fesses (idem pour les sous-vêtements), il remonte sur les cuisse et tend au niveau des genoux. 

Des pantalons ont été conçus en tenant compte de cette problématique : la taille est plus haute, le haut du pantalon remonte plus au niveau des fesses, le tissu au niveau des genoux est plus ample, les poches sont plus basses, etc.




Soins à répétition


Qui dit soins à répétitions ou consultations chez le médecin ou le kiné dit déshabillages et habillages à répétition. Que ce soit pour passer une pommade, changer un pansement, se faire masser, la multiplications des manutentions outre prendre du temps peut vraiment devenir fastidieux voire douloureux. 

Des vêtements et sous vêtements ont été conçus spécialement pour limiter cela que ce soit avec des ouvertures par pression, à aimant (spécifique) ou des ouvertures déportées par rapport au modèle orignal.




Sondage (avec ou sans aide)


Les culottes facilitent les auto-sondages et quelque part aussi facilitent les sorties.




Port d'attelles ou d'orthèses


Les personnes qui ont des attelles et des orthèses savent qu'elles ne sont pas fois pas compatibles avec les chaussures pour celles portées aux pieds du moins et avec l'habillage!

Des vêtements ont été pensés dans le soucis de laisser le passage à ces appareillages si nécessaire, que ce soit avec des ouvertures discrètes ou des matières extensibles (le vêtement ne se déforme pas).




---- > Pour découvrir les vêtements adaptés et les aides techniques pour faciliter l'habillage, rendez-vous sur Autonom-ease en cliquant sur ce lien!


--- > Pour vous procurer les aides à l'habillage, rendez-vous sur la boutique Autonom-ease en cliquant ici!


* Dans cette fiche pratique, nous ne traitons pas des troubles cognitifs ni de la dyspraxie mais uniquement des solutions face aux difficultés fonctionnelles gênant l'habillage ou le déshabillage.


Pour trouver un ergothérapeute :

 - Site de l'ANFE 

 - Site du SYNFEL



              Article rédigé par un ergothérapeute de l'équipe Autonom-ease