«La mort et l’accompagnement des derniers instants, c’est le reflet de l’humanisme et de l’humanité de notre société», estime Patrick Pelloux, président de l’Association des médecins urgentistes et auteur du nouveau Guide de la fin de vie, publié dans la collection Le Petit futé. Cette nouvelle édition 2017 informe sur l’évolution des funérailles et du funéraire, sur le deuil, sans oublier d’aborder l’arrivée d’Internet qui a révolutionné les habitudes de communication.

Des réponses actualisées

Depuis quelques années, la période avant le décès commence à être prise en compte. Des médecins, des psychologues et sociologues, des hommes et femmes de loi, des associations mais aussi des sociétés de service travaillent au quotidien, dans des structures adaptées ou à domicile, pour l’améliorer. Les lois évoluant constamment, que ce soit en matière de succession, d’imposition, de dépendance ou de droit, cette nouvelle édition, respectueuse de la déontologie, est conçue de façon pratique et chronologique pour aider celles et ceux qui, un jour ou l’autre, devront gérer ce «temps du départ» pour eux-mêmes ou des proches.

Ce guide tente d’aborder et de répondre aux questions juridiques, sociales, financières ou psychologiques que l’on se pose avant le décès, au moment des obsèques et après. Il évoque par ailleurs les débats sur le sens de la vie  ; pour les auteurs du guide, «en retrouvant un certain droit de cité, la mort est devenue une question de société mais aussi un vrai business».


© Le Petit futé