• Accueil
  • Actualités
  • Fondation de France : les personnes âgées, des citoyens à qui «il faut laisser le choix»

Fondation de France : les personnes âgées, des citoyens à qui «il faut laisser le choix»


Quel est le statut des personnes âgées dans notre société de plus en plus sécuritaire ? Comment mieux respecter leur autonomie, leur liberté de choix et leur dignité ? Pour la Fondation de France, qui organisait le 27 octobre 2017 un colloque sur le sujet à Paris, «le vieillissement est souvent assimilé au déclin des capacités physiques et intellectuelles, à la maladie, à l’antichambre de la mort…» Selon un sondage Ifop réalisé en avril 2017, le sujet inquièterait 65% des Français.

Attention à la surprotection

«Cette vision peut mener à une surprotection des personnes âgées, dites vulnérables ou dépendantes, quitte à restreindre leur liberté et à les infantiliser», poursuit la Fondation, qui lançait, en 2002, un nouvel axe de son programme «Vivre ses choix, prendre des risques». Or, juridiquement, les droits fondamentaux d’une personne doivent être respectés quel que soit son âge.

Des citoyens à part entière

Depuis 15 ans, près de 600 projets de l’association ont été mis en œuvre pour 2,5 millions d’euros, portés par divers acteurs : résidences pour seniors, hôpitaux, services d’aide à domicile, centres communaux d’actions sociales, associations d’aide aux aidants ou de personnes âgées… «Ces initiatives considèrent les personnes âgées comme des citoyens à part entière, les impliquent dans la vie de leur quartier ou village, adaptent le fonctionnement des établissements et services à leurs attentes ou encore accompagnent la perte d’autonomie en préservant leur libre-arbitre», estime la Fondation de France dans un communiqué. De quoi lancer le débat autour de la notion éthique de prise en charge, d’autonomie et d’alternatives à l’enfermement…


©


Sur le web

Le site de la Fondation de France