Réputé pour son temple et sa tranquillité, Sugamo accueille chaque année des seniors venus pour se procurer… des sous-vêtements rouges !

Le Harajuku des grands-mères

Dans ce quartier situé au nord de Tokyo, loin du tumulte de la célèbre avenue Omotesand?, les « Champs-Élysées » nippons, c’est une autre vie, plus tranquille, car les flâneurs ont rarement moins de 70 ans. À l’origine de la popularité des lieux, le temple Kogan-ji qui abrite la statue de Togenuki Jizo, qui veille sur la santé de chacun. Les Japonais s’y rendent pour puiser de l’eau à la fontaine et laver une partie du corps de la statue avec l’objectif de faire disparaître une douleur ou une fatigue. Autre attraction du quartier, la rue Jizôdori, une voie commerçante. Sur un kilomètre, on découvre des petits magasins mais aussi des stands ambulants de nourriture ou d’objets en tous genres. Surnommé « le Harajuku des grands-mères », en comparaison avec le « vrai » Harajuku, quartier branché des jeunes Tokyoïtes, les bâtiments ont conservé leur aspect traditionnel et on y vend par milliers ces sous-vêtements rouges !

Le rouge porte-bonheur

Les boutiques spécialisées en slips, culottes et chaussettes se succèdent dans cette longue artère, la colorant de rouge. Tradition ancestrale, les Japonais, après l’âge de 60 ans, choisissent cette couleur, symbole de longévité, pour leurs dessous. Bien loin de nos habitudes occidentales, les Nippons offrent très régulièrement des sous-vêtements couleur passion à leurs aînés pour éloigner la maladie et attirer la chance. Plus qu’une marque de reconnaissance, c’est également une marque d’affection. Les clients affluents des quatre coins du Japon mais aussi de l’étranger pour pouvoir se procurer ses offrandes aussi renommées que la fontaine de jouvence.

© Go Ikeda - Flickr