Le walking foot : des seniors droit au but !


Walking foot ? Traduire : foot en marchant. Ce concept détonnant, né en 2011 et réservé aux seniors, nous vient tout droit d’Angleterre, champion toute catégorie de cette discipline avec plus de 1 000 clubs dans le pays. Il débarque en France grâce à un expatrié londonien, Jeff Smith, qui crée en 2016 l’Association Bretagne de football en marchant (ABFM) puis, en 2017, le premier club de walking foot français, à Silfiac, dans le Morbihan. Depuis, la pratique s’est exportée à Marseille, Lille, Nice… Et a fait des adeptes ! Ce sport mixte compte dans ses rangs plus d’hommes que de femmes à l’heure actuelle mais les joueurs espèrent bien que la pratique se féminisera. Chaque club organise à sa convenance la composition des équipes, de cinq à six joueurs, mais aussi le chrono avec deux mi-temps qui oscillent entre 10 et 20 minutes.

Interdiction de courir

Le règlement précise qu’il est strictement interdit de courir sur le terrain, que l’on possède le ballon ou non. En cas de non-respect, un coup franc est accordé à l’adversaire et, au bout de trois avertissements, le joueur est expulsé. Le ballon ne doit en aucun cas dépasser la hauteur de la tête, et les tacles ne sont pas autorisés. Chaque joueur ne doit pas toucher la balle plus de trois fois pour une meilleure répartition des passes au sein de l’équipe. Cette discipline, réservée aux plus de 50 ans, peut s’ouvrir à d’autres. « Elle a été inventée pour les vétérans mais s’adresse à tout le monde : ceux qui ne peuvent pas courir, des personnes en récupération d’une blessure ou en situation d’obésité… On s’adapte ! », explique Jeff Smith à nos confrères d’Ouest-France.

Un impact sur la santé   

Les effets du walking foot sur la santé sont incontestables. Raymonde Feillet, chercheuse et auteure de Souci, du corps, sport et vieillissement, explique que «le sport aide sur les plans musculaire et cardiaque à lutter contre l’arthrose, ou l'ostéoporose chez les femmes, à brûler les mauvais cholestérols, mais aussi en termes de sociabilité puisqu'il permet de faire des rencontres». Comme pour leurs cadets, les seniors créent facilement du lien lors d’une activité physique régulière.

©pixabay