Les 10 règles d'or pour aider un proche âgé à son domicile


Chaque jour, ce sont 11 millions d'aidants familiaux en France au chevet de leur père ou mère vieillissant. 15% (enquête Fondation Médéric Alzheimer - octobre 2017) de la population active intervient régulièrement, à titre non professionnel, pour accomplir une partie ou la totalité des actes de la vie quotidienne d'une personne en perte d'autonomie, du fait de l'âge, de la maladie ou d'un handicap. Tous les jours, les mêmes gestes, la même attention. Quand on aide un proche âgé, il n'est pas toujours facile d'entretenir une relation sereine avec notre parent.

Alors, comment se comporter ? Les conseils de Thibault de Saint-Blancard, cofondateur d'Alenvi, une société qui s’est donné pour objectif «d'humaniser et de réinventer l'accompagnement à domicile des personnes âgées». Ils s’appuient sur l’expérience quotidienne auprès des personnes dépendantes de ses «auxiliaires d'envie». Dix principes pour aider concrètement à créer du lien et ainsi adopter la bonne posture avec ses proches.

1 - S'appuyer sur son histoire de vie.
Discutez, échangez quand cela est possible.  En remémorant sa vie d'avant à votre proche, vous créez des analogies de son passé avec son présent et identifiez ses capacités et aptitudes qui peuvent être mises à profit dans son quotidien.

2 - Toujours sourire et mettre en valeur
Votre proche peut perdre ses repères, s'il ressent de la confiance cela vous aidera à créer du lien. Vous lui transmettez ainsi de la joie. Parlez aussi avec les yeux, vous comprendrez beaucoup de choses dans son regard.

 3 - Rassurez votre proche
Sur ses peurs, sur son éventuelle maladie, faites preuve d'empathie et montrez-lui que vous vivez la situation avec lui, que vous souffrez avec lui, que vous ne le laissez pas tomber.

 4 - Répéter autant qu'il le faut.
Être patient, ne plus considérer le temps de la même manière. Si vous montrez de l'énervement, vous mettez en avant ses limites. À savoir : quand votre proche vous fait répéter une information, ce peut être une façon pour lui de vous alerter sur un problème, autre, qu'il ne parvient pas à verbaliser.

5 - Ne jamais juger
Vous êtes auprès de lui pour partager un moment. Et, comme tout le monde, votre proche a son histoire de vie, votre famille a une histoire. Si elle comporte des zones de souffrance, il convient au maximum d'en faire une richesse.

6 - L'aider à lui faire accepter sa maladie
Ne pas la nier mais ne pas non plus rapporter tout à celle-ci. Vous pouvez lui rappeler ce qu'elle est au-delà de sa maladie ou ce qu'elle a été : "On peut ne pas bouger mais on peut faire des activités sans bouger !"

7 - Toujours obtenir son assentiment
Lorsqu'on l'aide à faire quelque chose afin de lui préserver autant d'indépendance que possible. Demandez-lui son avis sur tout ce qui le concerne : la couleur des vêtements, les ingrédients du repas, le déplacement d'un meuble, d'un objet... Ainsi votre proche se sentira toujours bien chez lui, il sera respecté, considéré.

8 - Ne pas le servir
Demandez-lui toujours ce qu'il veut, comment il le veut. Bref, ne pas le commander.

9 - L'encourager à réaliser une activité
Par exemple, préparez le repas ensemble : choisir les ingrédients, éplucher des légumes et les fruits, discuter des modes de cuisson, de préparation... Ou proposez-lui une balade : aller chercher le pain et/ou faire un tour du quartier.

10 - Préparer votre départ
Votre présence a été un réconfort pour votre proche, ainsi anticiper l'au-revoir est important pour que ce réconfort subsiste. Prévenez-le, témoignez-lui de la joie que vous avez ressentie pendant ce temps passé avec lui, dites-lui à quel moment vous le reverrez.

© Gilles Lougassi + Ocskay Bence/Fotolia