Les seniors-nounous, indispensables pour garder les petits-enfants


Les grands-parents seront-ils les nourrices de demain ? D’après une étude de la DRESS (Direction de la recherche, des études, de l’évaluation et des statistiques) parue en juin 2018, deux-tiers des enfants de moins de six ans sont gardés occasionnellement par leurs grands-parents. Une aide supplémentaire pour les parents !

Une aide sans faille

Les grands-parents sont rarement la solution d’accueil permanente ; seuls 2% des moins de six ans sont gardés à temps complet. Ils proposent une aide charnière pour les parents à des rythmes irréguliers et occasionnels pour 2/3 (71%) d’entre eux. La garde des petits-enfants peut prendre différentes formes qui se combinent : dans le cadre d’une organisation régulière (21%), d’un dépannage (44%) ou pour les vacances (49%) et le week-end. Les seniors, aux petits soins avec leurs chers bambins, interviennent davantage durant la semaine que le week-end, surtout s’ils résident à proximité, mais pour des temps plus courts, en moyenne 4h50 contre 8h58 durant les week-ends. Le mercredi fait exception ; une forte proportion d’enfants est gardée en moyenne 7h12 ce jour-là. 34% des enfants de moins de 6 ans ne sont jamais gardés par leurs grands-parents, pour la plupart pour des raisons d’éloignement.

Paternels et maternels : une différence

Les enfants des ménages les plus aisés et ceux dont les mères sont les plus diplômées ont plus de chances d’être gardés par leurs grands-parents. De plus, si la mère travaille, elle confiera plus souvent ses enfants aux grands-parents que si elle est inactive (+7 points). Dans les couples monoparentaux, les grands-parents ont plus de chances d’être sollicités également (+5 points). Il est important de souligner que les grands-parents paternels et maternels ne s’investissent pas de façon égale : 58% des enfants sont pris en charge «occasionnellement» par les maternels contre 44% par les paternels.

©Monkey Business / fotolia