C’est un fait : l’avancée en âge oblige parfois à repenser son mode de vie. Rester seul chez soi, envisager de prendre un logement plus petit, opter pour la colocation ou la famille d’accueil… Les solutions actuelles sont de plus en plus diverses.

L’essor des résidences autonomie

Conçues pour les seniors plutôt autonomes, les résidences autonomie regroupent des logements adaptés à l’avancée en âge. Ces établissements, non médicalisés, n’assurent aucun soin en interne. Les habitants qui s’y installent louent un appartement vide, de la taille de leur choix. Ils l’occupent en toute indépendance et peuvent bénéficier de services supplémentaires s’ils le souhaitent (infirmerie, restauration, permanence nocturne…) Gérées par les collectivités locales, ces structures hébergent principalement des bénéficiaires d’aide sociale.

Envisager la colocation

Choisir un coloc après 60 ans, pourquoi pas ? En France comme ailleurs, la colocation entre seniors commence à avoir la cote. Deux options sont envisageables : la colocation dite intergénérationnelle, qui consiste à partager un logement avec des personnes plus jeunes et à favoriser la mixité sociale. Dans ce cas, le principe est simple : le senior héberge un jeune dans une partie de son domicile et se trouve donc, la plupart du temps, moins isolé. Il est également possible d’opter pour une colocation entre personnes âgées. Une solution qui s’avère intéressante en cas de faibles ressources ou de sentiment de solitude.

Vivre chez l’aidant ?

Autre possibilité plus ou moins contraignante : emménager pour une plus ou moins longue durée chez un proche (enfant, ami…). Une solution sécurisante et utile en cas de perte d’autonomie et de besoin d’assistance au quotidien. Dans ce cas, la personne âgée peut renouer des liens avec son entourage et profiter d’un mode d’hébergement à la fois économique et convivial.

Les résidences services seniors

Comme dans les résidences autonomie ou foyers-logements, les personnes âgées qui font le choix d’une résidence service senior peuvent investir un logement indépendant et bénéficier de services collectifs, moyennant une certaine somme. Locataires ou propriétaires, ils profitent de systèmes domotiques sécurisés, notamment en matière de prévention des chutes, de services d’accueil ou d’appels d’urgence. Si certaines sont réservées à des seniors actifs et totalement indépendants, d’autres s’adaptent aux besoins d’occupants plus fragilisés, grâce à des offres flexibles.

Les options de logement sont donc variées, et les seniors, en fonction de leur degré d’autonomie, ont désormais le choix…


© Fotolia/Ingo Bartussek