Maintien à domicile : le point sur les aides financières


Billets de banque

L’allocation personnalisée d’autonomie (APA)

Réservée aux personnes de plus de 60 ans, cette allocation permet de financer les services nécessaires au maintien à domicile. Les plafonds mensuels de l’Apa, fixés en avril 2016, varient de 663,32 € à 1 714 €, selon le degré d’autonomie du bénéficiaire. La personne doit, pour cela, être rattachée à l’un des groupes (de 1 à 4) de la grille nationale AGGIR. La demande doit s’effectuer auprès d’un CCAS (Centre communal d’action sociale). L’allocation sert à rémunérer le salarié à domicile mais peut également être versée directement à un service d’aide à la personne.

L’aide sociale départementale

En cas de faibles revenus (jusqu’à 800 € par mois pour une seule personne ou 1 243,24 € pour un couple), une personne en perte d’autonomie peut bénéficier de l’aide sociale départementale, sous certaines conditions : être âgé de plus de 65 ans, ou plus de 60 ans et reconnu inapte au travail, résider en France en séjour régulier dans un domicile nécessitant des services d’aide à la personne. Les établissements médico-sociaux et le l’hébergement par un accueillant familial ne sont pas pris en compte.

Les aides personnalisées de l’assurance retraite

En fonction de son assurance retraite, il est possible de bénéficier d’aides personnalisées, non cumulables avec l’Apa. Pour pouvoir y accéder, la personne doit être âgée d’au moins 55 ans, être retraitée du régime général. Elle ne doit pas percevoir d’autre prestation relative à la perte d’autonomie ou à un handicap. Généralement, un évaluateur se rend à domicile pour établir un Plan d’actions personnalisé (PAP) avec le bénéficiaire.

Les caisses de retraite

Également proposée sous conditions de ressources, l’action sociale des caisses de retraite propose de prendre en charge une partie des dépenses d’aide à domicile. La politique sociale dépendant de chaque caisse, les conditions varient selon les régimes de retraite. Transport accompagné, secours exceptionnels, soutien aux aidants, amélioration de l’habitat… Les caisses de retraite complémentaire peuvent prendre en charge de multiples services d’aide au quotidien.

Déductions fiscales

À noter que le recours à des services d’aide et d’accompagnement à domicile donne également droit à un avantage fiscal équivalent à 50% des dépenses ; le plafond est redéfini chaque année par la loi de finances. Pour un service de portage de repas, l’avantage fiscal s’applique aux dépenses relatives aux livraisons. Dans ce cas, une attestation fiscale est remise chaque année.


© Fotolia