Article à consulter à titre indicatif et non exhaustif pour donner des pistes d'amélioration sur l'autonomie au quotidien. Il ne se substitue en aucun cas aux conseils personnalisés des professionnels de santé qui vous connaissent.

Perdre cette capacité ou lutter pour l'acquérir...

De nombreuses aides techniques de la plus simple à la plus élaborée sont créées dans le but de rendre la prise de repas autonome. 
Cette prise de repas est encadrée plus particulièrement en cas de troubles neurologiques, de l'oralité ou psychiques. Nous n'aborderons pas cette composante mais uniquement les qualités fonctionnelles des aides techniques.

L'utilisation de ces aides techniques peut être supervisée ou accompagnée par un aidant afin de faire participer l'aidé à ses activités quotidiennes.

Quand cette capacité de manger seul est perturbée ou rendue impossible par la maladie ou l'altération naturelle des années, cela est vécu comme une régression, le repas devient un moment d'infantilisation et non plus un moment de plaisir.

Pour les enfants porteurs de handicap depuis la naissance, c'est un combat mené par l'enfant avec les parents et l'ergothérapeute ainsi que l'orthophoniste en cas de troubles liés à l'oralité (mastication, déglutition, etc.). Lorsque ce combat est remporté il marque une étape dans l'acquisition de l'autonomie. La dynamique de la famille change (l'adulte n'est plus monopolisé, il peut manger plus sereinement et s'occuper de la fratrie, de son conjoint, etc.). L'enfant ou l'adolescent reprend confiance et éprouve une fierté méritée.

Les pré-requis fonctionnels 

Pour se tenir assis (nous n'aborderons pas les troubles sévères qui ne permettent pas la prise de repas assis mais incliné) nous avons besoin de stabilité du bassin et de tonus du tronc pour un bon équilibre assis. 
Pour être mieux installé il ne faut pas hésiter à utiliser le siège qui vous convient le mieux et remplacer une chaise de cuisine basique. On peut aussi utiliser des coussins de positionnement, des tables à encoche pour se tenir sur le côté, etc.
Faites appel à un ergothérapeute pour faire un bilan de positionnement et de l'activité repas,  au passage il vous donnera des conseils personnalisés et adaptés à votre environnement et vos habitudes de vie.

Pour manipuler les couverts et verres
  • coordination occulo-manuelle et bi-manuelle
  • stabilité du mouvement
  • préhension adaptée à l'objet (un verre ne sera pas tenu comme une fourchette)
  • précision du geste 
  • force de préhension suffisante et adaptée pour maintenir et couper les aliments
  • amplitudes articulaires suffisantes pour porter la main à la bouche notamment
  • sensibilité suffisante (pour ne pas se brûler, adapter la pression sur les couverts ou verre, etc.)

Les aides techniques d'aide au repas

1 - Eléments antidérapants et "gadgets" utiles

Plusieurs types 
En rouleau à découper à volonté en set de table ou un bande à enrouler autour d'un manche
En set de table.
En bandes prédécoupées.
Moulé pour accueillir verre et yaourt.
Couvre verre percé.


Dans quels cas les utiliser?
Mouvements brusques, mal contrôlés
Manque d'attention, de concentration
Tremblements 
Manque de force

L'assiette placée sur un set risque moins de s'envoler et surtout reste en place malgré des tremblements ou des mouvements brusques. La personne pourra tout de même planter sa fourchette ou découper des morceaux malgré des mouvements perturbés.

Le verre sur un set ou entouré d'une bande ou dans un dispositif va pouvoir être empoigné même en cas de gestes imprécis. Si les tremblements ou le manque de précision du geste ou de force engendre des débordements, on peut capuchonner le verre avec un antidérapant adapté (cf photo).

Les manches vont pouvoir être empoignés sans perte de force dues aux glissements, la prise est optimisée. On peut garnir tous les manches de couteaux, fourchettes, cuillères, casseroles, etc.

2 - Les couverts particuliers

Couverts à manche grossi et épaississeurs de manche
Ces couverts sont souvent antidérapants. La préhension plus globale va faire participer plus d'articulations et donc plus de muscles : les douleurs engendrées par la sollicitation d'une articulation sont atténuées, la force à déployée est divisée.
Des épaississeurs de manche en tube ou en bande à enrouler permettent d'adapter tous les couverts mais aussi les objets comme les brosses à dents, les stylos, etc.



Couverts déformables ou incurvés
Ces couverts viennent compenser un manque d'amplitude ou de capacité à orienter le poignet. Les mouvements combinés épaule, coude, poignet et cou sont complexes et que ce soit à cause de limitation articulaire, de faiblesse musculaire ou de troubles neurologiques ils peuvent être compromis. 
Ainsi cette courbure finale procurée par le couvert permet à la personne de placer le couvert avec la portion de nourriture face à la bouche.


Couverts avec bracelets métacarpiens et bracelets adaptables
On appelle bracelet métacarpien une bande qui entoure la main au niveau des métacarpes.
Le bracelet métacarpien déjà intégré à un couvert ou dans lequel peut s'insérer un couvert va être une aide totale à partielle au maintien du couvert dans la main. 
L'aide sera totale en l'absence de serrage, dans ce cas il pourra également être doté soit d'un manche grossi pour être empaumé soit sera ajusté pour ne pas trop bouger. Le serrage se fera mécaniquement par extension du poignet (on parle d'effet ténodèse).
Il vient en complément pour les personnes aux mouvements agités, tremblants ou ayant des troubles de l'attention (qui pourraient lâcher le couvert) ou manquant simplement de force.



Couverts spécial tremblements

Pour lutter contre les tremblements on va avoir à disposition 
- des couverts lestés et épaissis (le poids est sensé ralentir le tremblement et la prise plus large aussi)
- des couverts créés pour contrer le tremblement avec un système de contre poids, soit mécanique soit "électrique" .



Couverts multi usage

Ces couverts ont les caractéristiques de 2 couverts distincts,  le but est de pouvoir manger en n'ayant l'usage que d'une seule main.
On peut rencontrer des couteaux fourchettes mais aussi des cuillères fourchettes.

3 - Les assiettes spéciales                                                 

Assiettes ou bol à rebord et rebords d'assiette
Le rebord va offrir une butée à un geste incomplet, mono manuel, imprécis, trop ample ou tremblant! La butée fini le geste en quelque sorte ou le limite selon les cas.
Il suffira parfois d'un rebord pour permettre à une personne de manger de façon plus autonome. 

Assiettes inclinées et plus ou moins allongées
Dotées d'un rebord unilatéral qui permet de finir le geste de prise de portion. Pour les modèles ovales, ils offres un  parcours plus long aux gestes plus amples et moins précis.

Assiettes à compartiments
Utiles en cas de cécité pour informer sur la localisation des différents mets.
Elles permettent également de faciliter la prise de portion dans le couvert du fait des butées que les parois procurent.

Assiettes ou bols à ventouse
Plus efficaces et solides qu'un set antidérapant, elles offrent une résistance aux mouvements involontaires.                                   

4 - Les verres, tasses et bols spéciaux

Boire quand on a des difficultés motrices (manque de force, stabilité, précision du geste) est soit compliqué soit impossible sans parler du risque d' éclabousser ou de casse.
Pour boire de façon autonome, on va pouvoir agir sur le contenant ou sur l'accès à ce contenant. Des produits du commerce classique peuvent convenir, il faut juste connaître les options qui conviennent et les retrouver parmi les produits classiques. Quand cela ne suffit plus, des produits spécialisés seront utilisés.

Action sur le verre ou la tasse

Nous détaillons ci-dessous les différentes options que l'on peut trouver dans le commerce mais généralement ces options sont combinées offrant ainsi une aide technique complète.

Modèles plus étroits ou plus larges, plus légers ou plus lourds : dans un premier temps on pourra essayer avec des modèles courants mais de par leur matériau et de par leur taille ils pourront faciliter la prise. 

Modèles à pied plus ou moins large : offrent une prise plus globale de la main. Suivant la largeur du pied on pourra l'empaumer ou utiliser une prise digito-palmaire avec en plus le soutien par le dessous du globe.

Modèle à anse ou anse à rajouter : permet une prise palmaire plus globale et empêche la chute en cas pour des personnes ayant peu de force et/ou des douleurs aux niveau des doigts notamment. Existe en modèle à  1 ou 2 anses pour une prise encore plus facilitée.

Modèles à revêtement anti-dérapant : comme indiqué plus haut, l'anti dérapant va limiter la perte de force déployée et éviter que le récipient ne glisse quand on le prend ou qu'on le repose.

Modèles à découpe nasale ou bec : ils permettent de boire sans avoir à pencher la tête en arrière (chez certains cela provoque des vertiges et d'autres n'auront pas la mobilité nécessaire ou non douloureuse pour le faire). Le verre à bec doté d'un couvercle va éviter d'éclabousser ou de ne pas bien doser l'exercice en cas de tremblements par exemple.

Action sur l'accès au récipient

Utiliser une paille ou un verre avec paille intégrée. La paille peut être utilisée seule mais en cas de difficultés on peut la maintenir soit par un petit système d'accroche soit par un couvercle percé à cet usage.

Utiliser une paille anti reflux : comme son nom l'indique, ces pailles sont dotées d'un système qui va empêcher le liquide de retomber une fois aspiré. Les personnes ayant peu de force d'aspiration n'auront pas à fournir d'effort de retenir le liquide tout en buvant.

Utiliser un bras flexible pour porter un gobelet sur un fauteuil roulant, un lit : ainsi, en rajoutant une paille, la personne qui ne peut soulever le verre pour boire dans le verre mis à sa hauteur.

Utiliser une paille qui assiste électriquement l'aspiration.

Pour trouver tous les couverts et assiettes spéciaux, rendez-vous à la rubrique d'Autonom-ease en cliquant sur ce lien!

Les aides techniques robotisées pour porter à la bouche

Ce sont de véritables assistants personnels, un prolongement de soi qui avec quelques réglages plus ou moins simples selon les modèles permettent à chacun d'être maître du rythme des bouchées et de ne pas être nourri par un tiers.


Ces appareils conviennent à tous types de difficultés et de personnes : des personnes (enfant ou adulte) IMC voire polyhandicapées (dans ce cas l'apprentissage et la décision d'utiliser un tel appareil se fait sur accord du médecin, après validation de l'ergothérapeute et de l'orthophoniste  et appropriation de l'appareil grâce aux séances en ergothérapie et celles réalisées par l'équipe éducative.

Ils conviennent aux personnes privées de l'usage de leurs bras, mains, aux personnes trop faibles pour faire les mouvements mais capables de manger pour autant.

Cela est flagrant surtout chez les enfants et les adolescents qui acquièrent enfin une certaine autonomie au repas et chez le parent qui auparavant donnait à manger. 

Sur certains modèles qui fait l'action "à la place de" il faut déclencher mécaniquement la bouchée en appuyant sur un bouton ou un contacteur adapté aux capacités de la personne et situé également à l'endroit le plus judicieux pour elle.
Un appareil à manger pourra être déclenché par un contacteur nécessitant une pression minime pour une personne sans force musculaire. Un autre sera déclenché par un contacteur à large surface et peu sensible pour une personne aux mouvements imprécis et brusques.

D'autres modèles assistent le mouvement comme un tuteur soit en compensant la force soit en contrant justement la force trop grande exercée (mouvements athétosiques).


Cliquez ici pour plus de détails sur les différents modèles sur Autonom-ease et cochez la rubrique "appareil à manger"






                                  

                    Article rédigé par Sonia Chittaro, ergothérapeute consultante d'Autonom-ease