Quels sont les critères fondamentaux de ceux qu’on appelle les « jeuniors » ? En mai 2018, la chaîne hôtelière Vacances Bleues a réalisé une étude auprès de 1 250 personnes âgées de 60 à 75 ans, clients ou non. Le but : cerner les attentes et désirs de cette clientèle en termes de vacances, à travers une quinzaine de questions.

Recherche de sens et découverte

Un quart du panel interrogé considère que les vacances sont synonymes de rencontres amicales. ‘’Le tourisme n’est pas seulement une source d’évasion et une consommation comme une autre mais une nourriture de l’être et des autres’’, explique l’enquête. 85% des seniors sont prêts à partir en vacances pour découvrir une région et 43% souhaitent rencontrer des producteurs locaux. Aujourd’hui, leurs vacances riment donc  avec  découverte et authenticité à travers des plaisirs simples. 32% sont également avides de connaître de nouvelles cultures à travers le monde.

Le bien-être au rendez-vous

Pour 53% des personnes interviewées, être en vacances signifie se ressourcer. Nombre d’entre elles profitent de ce moment pour rechercher une harmonie entre corps et esprit, à travers la pratique d’activités, comme la piscine ou sauna/hammam ou encore le yoga ou la sophrologie, très en vogue. Les massages et autres soins pratiqués en spa sont appréciés à 36%. Les activités physiques et sportives sur les lieux de vacances sont également très prisées, 28% de la population interrogée désirant expérimenter de nouvelles sensations. Enfin, les loisirs culturels en tous genres sont également très importants selon 79%.

Liberté, flexibilité et famille

Ces jeuniors partent pour la plupart en couple. La place centrale de la famille est également reconnue. Un senior sur cinq partage ses vacances avec ses enfants et petits-enfants. 70% d’entre eux voyagent moins longtemps mais plus régulièrement, pour 58% 2 à 3 fois par an avec 40% des séjours entre 3 et 6 jours. Enfin, pour 64% des sondés, les vacances se préparent essentiellement par internet avec, comme critère déterminant, le prix. Cette enquête confirme la « connectivité » des plus âgés.