Se doucher en toute sérénité


Cette fiche d'information est non exhaustive et est donnée à titre indicatif et général pour vous aider à comprendre pourquoi et comment améliorer son autonomie.
Il est préférable de prendre conseil auprès d'un ergothérapeute, professionnel de la rééducation et de la réadaptation avant d'entreprendre des modifications de votre espace de douche. Son avis technique est requis lors d'une demande de financement d'aménagement de votre salle de bain, et il est le seul à mettre en lien vos capacités, leur évolution et les contraintes de votre domicile.

Chaque étape liée à la douche (entrer, sortir, s’asseoir ou se tenir debout, sortir) est plus ou moins risquée en fonction de la configuration de votre douche et de vos difficultés. 

Assurer des appuis  


    • Vous possédez une douche avec un bord mural

      • Une barre droite ou coudée à 90 °, elle débute avant le receveur si possible et se prolonge à l’intérieur et sert de prise pour se maintenir quand entre, sort, se baisse par exemple.
      • Une barre sol plafond convient également pour entrer et sortir, à coupler avec une barre en T inversé (permet plus de prises et accueille la douchette également) ou horizontale à l’intérieur.
                                                     
                                                        


    • Votre douche est une cabine avec entrée sans mur proche

      • Une barre sol plafond à placer à l’entrer sans en gêner l’accès.

                                                 
                                                        

      • Barre droite ou inclinée si les parois le permettent. 
      • Des cabines de douche pré équipées en barre d’appui existent également.

                                                        
  • Assises spécifiques 

Un vaste choix de matériel et de déclinaison de ce matériel s'offrent à vous, il faut cependant que votre douche soit suffisamment grande pour que le moyen choisi soit installé de façon stable et vous permette d'y accéder confortablement. Les dimensions de la douche, de la salle de bain, du ou des utilisateurs, la participation d’un aidant, le coût, conditionnent le choix de l’assise.

    • Tabourets : pensez à vérifier le réglage de la hauteur d'assise, la stabilité, le matériau utilisé, le poids maximum de l'utilisateur. Certains modèles sont plus faciles à transporter (pour les vacances) que d’autres. Certains sont dotés d’accoudoirs ou d’anses ce qui peut être bienvenu pour se stabiliser quand on se baisse pour atteindre ses pieds.

                                                        

    • Chaises de douche : plus stabilisant que le tabouret grâce à leurs dossier et accoudoirs elles sont à préférer en cas de troubles de l’équilibre assis, elles facilitent l’assise et le relever également. Préférez un modèle dont les pieds sont réglables en hauteur pour s’ajuster au mieux à vos mensurations. Généralement elles sont dotées d’une découpe périnéale ce qui évite de se lever pour réaliser la toilette intime.

                  

    • Siège de douche mural : ils sont disponibles sous forme de tabouret et de chaise de douche mais prennent moins de place du fait qu’ils soient accrochés soit à un des murs de la douche soit à une barre d’appui spécifique, c’est un gain de place et de stabilité. Certains sont rabattables et libèrent la douche pour un autre utilisateur qui souhaite se doucher debout. Ils existent avec ou sans pieds. On choisira ce modèle s’il y a plusieurs utilisateurs et si cela permet de gagner de la place dans une douche trop petite. Dans tous les cas son installation doit être réalisée par un professionnel.

                                                      

    • Fauteuils de douche : ils ont les mêmes caractéristiques que les chaises mais possèdent soit des petites roues soit des grandes. Ils ont en plus pour certains la possibilité d’incliner l’assise (dans ce cas-là ils possèdent un appui-tête) pour procurer une position de confort à la personne (parfois cette position diminue les troubles du tonus musculaire) et faciliter l’intervention de l’aidant pour réaliser un shampoing par exemple. Ces modèles disposent de nombreuses options de maintien afin de sécuriser la position des personnes très dépendantes ou aux troubles du tonus musculaire. Les fauteuils à grandes roues sont destinés aux personnes se déplaçant seules avec, comme un fauteuil roulant. Beaucoup de modèles servent également de siège de toilette : la découpe au niveau des fesses peut être parfois fermée par une pièce amovible. A savoir que bien sûr les déplacements du fauteuil mouillé sont salissants mais c’est un moindre mal pour limiter les transferts : on passe du lit à la douche directement.

                                                      


Diminuer les risques de chute lié

  • au revêtement du sol et dans le bac à douche : ils doivent être non glissants voire antidérapants. Si vous utilisez un tapis à la sortie de la douche vérifiez que la surface adhère bien à votre sol et qu'il ne glissera pas lorsque vous poserez le pied dessus en sortant. Du carrelage anti dérapant est disponible à la vente. Pour le bac de douche il existe des solutions à ventouse (entretien difficile), d’autres adhésives ou des traitements en application (soyez attentif à sa perte d’efficacité). 

                                                       

  • à la hauteur du receveur de la douche : si elle est importante, vous pouvez aussi utiliser une marche intermédiaire (pour un accès en position debout) couplé à une barre d’appui bien sûr ou une rampe d'accès (pour un accès en fauteuil roulant). Il existe des receveurs extra plats également.
                                                 



Utiliser des aides techniques adaptées 

  • Eponges ou brosses avec des manches rallongés : vérifiez les dimensions des manches nécessaires pour atteindre toutes les parties de votre corps en fonction de vos besoins. Ils limitent les amplitudes de mouvements à réaliser (se plier en deux pour atteindre ses pieds, passer la main dans le dos pour le frotter, etc.). Préférez un manche coudé pour compenser une épaule avec difficulté d’élévation.

                                                              

  • Mélangeur ou mitigeur pour ouvrir/fermer le robinet et régler la température de l'eau, parfois même la limiter en une seule commande. Il limite les manipulations (préhensions facilitées) et les risques de brûlure.


  • Mitigeur à corps froid : ils limitent les risques de brûlure par contact.

  • Poignées rallongées à la forme ergonomique ce qui demande moins de force pour manœuvrer les robinets ou mitigeurs.

  • Déclenchement automatique de l'arrivée d'eau par infrarouge, les manipulations sont totalement absentes.

  • Les douchettes ultra légères sont à privilégier pour limiter les efforts.

  • Pour se laver les pieds des brosses picots à fixer par ventouse vous évitent de vous baisser ou de vous épuiser avec la brosse à long manche (qui ne s’incline pas pour passer sous le pied mais certaines par contre possèdent des mini éponges pour passer entre les doigts de pied.)

  • Pour se laver les cheveux sous la douche, des brosses à long manche spéciale shampoing évitent l’élévation des épaules en cas de douleurs.


                         Article rédigé par un ergothérapeute de l'équipe Autonom-ease