Senior lib’ : un service de transport solidaire, en Bretagne


Passé un certain âge, les déplacements peuvent être douloureux ou source de stress… Conséquences : les interactions sociales se font rare. Par peur de conduire ou de ne pas arriver à bon port sans trop de tracas, de nombreux seniors restent chez eux et s’isolent. Pour mettre fin à cette solitude, Saint-Grégoire, une commune de Bretagne, près de Rennes, lance Senior lib’, un service de transports pour permettre aux personnes âgées de sortir en toute sérénité.

Trajet intra-muros

Prendre soin des aînés, cette ville de près de 10 000 habitants en a fait son mantra. En 2011, elle reçoit le label « Bien vieillir » qui récompense « les pratiques et amélioration des collectivités territoriales » qui visent à améliorer l’accompagnement des seniors dans leur vie quotidienne et à « valoriser leur rôle dans la cité ». A la recherche de nouvelles initiatives citoyennes, la mairie et l’association Solid’âge ont mené l’enquête auprès des aînés de la ville. « Beaucoup d’entre eux rencontraient des difficultés pour des déplacements de proximité, comme se rendre à la pharmacie ou à la mairie », indique Marie-France Chevalier, conseillère municipale en charge des personnes âgées et dépendantes. Senior Lib’ a donc vocation à répondre à leurs attentes, avec « un accompagnement de porte-à-porte », résume-t-elle.

2 euros le ticket

Le principe ? Des bénévoles assurent le trajet souhaité d’un point A (le domicile) à un point B avec leur propre véhicule, mais seulement au sein de la commune. Chaque trajet coûte deux euros mais l’argent ne transite pas entre le chauffeur et la personne conduite. Cette dernière devra acheter une carte à la mairie, d’un montant de deux euros, qu’elle remettra ensuite à son chauffeur. Elle aura la possibilité de s’en procurer plusieurs pour anticiper les trajets futurs. « Si la personne est dans l’incapacité de se déplacer, les agents de la mairie viendront à elle pour lui délivrer la carte », assure la conseillère municipale. Pour pouvoir en bénéficier, un seul critère : avoir plus de 60 ans.

Lancement en juin 2019

En revanche, les personnes en fauteuil roulant ne pourront en profiter car « les bénévoles ne sont pas formés à les accueillir et n’ont pas forcément de véhicule adapté », poursuit-elle. Autre argument : les organisateurs ne veulent pas faire de l’ombre aux taxis ni aux sociétés de transport dédiées aux personnes handicapées. Seul hic, il ne faut pas être pressé. Les seniors sont priés de commander un transport 72 heures à l’avance pour laisser le temps aux bénévoles de s’organiser. Un besoin de dernière minute ? « Vous pourrez toujours demander mais les véhicules ne seront peut-être pas disponibles », explique Marie-France Chevalier. Ce service sera effectif à partir du 1er juin 2019. Pour le lancement, l’association vise huit conducteurs bénévoles, par mois, répartis du lundi au vendredi. « Nous pensions que ça serait difficile d’en trouver mais c’est tout le contraire, se réjouit Marie-France Chevalier. Les gens sont super motivés ! » En route vers la liberté !