Seniors : les rois du klaxon !


7 Français sur 10 admettent s’énerver face au comportement de certains automobilistes. La meilleure façon de le montrer ? Le traditionnel petit coup de klaxon ! Et, dans ce domaine, les champions toutes catégories sont (« roulement » de tambour)... les seniors ! Selon une étude menée par le club automobile Identicar et révélée par Le Parisien, 26 % des 70 ans et plus avouent « avoir une conduite sonore », soit 10 % de plus que les 18-39 ans. Les 56-69 arrivent en deuxième position avec 23 %, suivi de près par les quinquagénaires avec 19 %. Contrairement aux idées reçues, en voiture, les « sexta » sont loin de faire « silence radio » !

Génération klaxon

« Le recours à l'avertisseur sonore augmente de manière exponentielle avec l'âge, constate Jonathan Tuchbant, le directeur général d'Identicar. C'est plutôt surprenant. » La faute à une perte d’audition ? Que nenni ! Plutôt une habitude d’un temps « que les moins de 20 ans ne peuvent pas connaître »... Selon Jean-Baptiste Iosca, avocat spécialisé dans le droit routier, les seniors « ont appris à conduire en appuyant sur l'avertisseur ». « À l'époque, les moniteurs d'auto-école enseignaient que, dans le doute, on donnait un petit coup par courtoisie pour prévenir les autres usagers », explique-t-il dans les colonnes du Parisien. Un peu moins tendre, Jean-Yves Ferron, moniteur d’auto-école, estime que les conducteurs plus expérimentés ont « l’avertisseur moralisateur ». « C'est un défaut d'automobiliste âgé, ils ont tendance à considérer que tous les autres sont des délinquants à qui il faudrait apprendre les bonnes manières. »

Une fâcheuse tendance interdite

Quelle qu’en soit la raison, cette fâcheuse habitude peut leur coûter cher ! La législation est claire : en ville, le klaxon est interdit « sauf danger immédiat ». Le Code de la route précise : hors agglomération, son usage n'est autorisé « que pour donner les avertissements nécessaires aux autres usagers de la route », en cas de risque imminent. Par ailleurs, « les signaux émis ne doivent pas se prolonger plus qu'il n'est nécessaire ». Gare à ceux qui abuseraient de l’avertisseur sonore ! Ils risquent 35 euros d’amende pour un usage abusif et 68 euros pour les originaux qui utiliseraient un klaxon non homologué. « L'époque a changé, de plus en plus, le son du klaxon est vécu comme une agression, sinon on utilise les appels de phares, souligne le sociologue Ronan Chastelier, dans le même journal. Le politiquement correct est aujourd'hui à une conduite plus discrète. » Pour les nuisances sonores, c’est une tout autre histoire ! Seuls 2 % des plus de 70 ans avouent écouter de la musique à plein volume « toutes fenêtres ouvertes », contre 12 % des 18-39 ans. Pourtant, peu d’entre eux peuvent le justifier par une mauvaise audition... Une sortie « de route » inexcusable ?