Dans la Creuse, Simone, vit à Maisons, un hameau de 25 habitants. Elle y accueille, chez elle, des réfugiés irakiens et afghans arrivés dans la région en 2016. Ancienne institutrice, elle partage ses journées entre sa maison et la mairie de Crozant (commune rattachée à Maisons) où son activité est désormais bien connue. À 71 ans, elle enseigne le français à des dizaines de migrants et n’hésite pas à ouvrir sa porte à quatre d’entre eux.

Une seconde mère

Dans ce département au centre du pays, une petite centaine de migrants sont arrivés à la suite du démantèlement de la Jungle de Calais en 2016. Simone a fait leur connaissance en leur apportant des vêtements. Des habits ayant surtout appartenu à son mari, décédé en 2015. Dans un reportage réalisé par la chaîne AJ+, Simone relate l’ambiance familiale née de cette rencontre. Certains des réfugiés qu’elle aide, à l’instar d’un jeune homme kurde de 32 ans, n’hésitent pas à la décrire comme leur « seconde mère ».

Un voyage au Kurdistan ?

Simone, qui leur souhaite de pouvoir un jour retrouver leur maison en paix, espère aller au Kurdistan une fois la guerre terminée. Elle estime avoir reconstitué une nouvelle famille chez elle : « Ces garçons ont le même âge que mes petits-enfants, confie-t-elle aux médias. Ils se sentent seuls et ont connu un long voyage, très difficile. J’essaie de recréer une petite cellule familiale, d’autant plus que mes propres enfants sont loin et que je ne les vois pas souvent. Nous vivons une vie de famille, ici, le week-end. » Inspirant, le geste de Simone est d’une générosité exemplaire et prouve qu’accueillir son prochain peut réserver de belles surprises!

© AJ+

Sur le web

Pour voir le reportage sur AJ+