Un «assistant de mémoire» pour soutenir l’autonomie à domicile !



Voir la vidéo Présentation de l'A.M.I - Assistant Mémoriel Individualisé

«Marie, as-tu pris ton médicament de 10h ?», «Tes médicaments se trouvent sur le guéridon», «Souviens-toi, il y a le cachet effervescent»… La voix enregistrée pour rappeler la prise du comprimé pense à tout et répète, s’il le faut, les instructions matinales. Cette voix appartient à l’AMI, l’Assistant mémoriel individualisable, conçu par Christian Bonidal, ingénieur de Saint-Cyr, docteur en sociologie, et par deux chercheurs de l’association Les Béquilles du cognitif.

Améliorer les capacités cognitives

«Nous avons intégré comme principale contrainte que ce dispositif doit être accessible à des utilisateurs qui n’ont plus suffisamment d’énergie pour ne pas se tromper de touche en utilisant une simple télécommande et dont l’état mental les rend incapables d’utiliser les tablettes tactiles», explique l’initiateur du projet. Le dispositif a été imaginé pour prolonger l’autonomie de la personne qui souffre de difficultés de mémoire, accompagner la relation aidant/aidé et ralentir les effets de la maladie d’Alzheimer. Il se déploie en un ordinateur équipé d’un double détecteur, d’un sur-clavier équipé de boutons et d’un touch pad, d’un logiciel agenda et d’un affichage à l’écran adapté. Lauréat de la bourse French Tech en 2014, finaliste du concours de la Fondation Legrand, soutenu par de nombreux chercheurs dont la BPI (Banque publique d’investissement) à hauteur de 25 000 euros, ce projet, fruit de quatre ans d’expérimentations, devrait être prochainement industrialisé.

Prolongation du potentiel d’autonomie

En plus de celles atteintes de la maladie d’Alzheimer, ce compagnon numérique conviendra particulièrement aux personnes qui présentent des troubles de déstructuration chronologique et fonctionnelle, par exemple celles qui ont du mal à savoir l’heure et ce qu’elles ont à faire. Pour Christian Bonidal, la nécessité de développer ce genre d’outils relève de l’évidence : «Demain, l’introduction d’observations et d’analyses comportementales devrait permettre de mettre l’intelligence artificielle au service de la prolongation du potentiel d’autonomie des utilisateurs, notamment par l’amélioration de la prise en compte de leurs attentes réelles en termes de soutien matériel». Des progrès prometteurs !


© A.M.I