Un protocole pour retrouver les seniors disparus


Un dispositif pour gagner un temps, souvent précieux, en cas de disparition d’un senior ? Mis en place dans plusieurs communes belges, le «Protocole disparition seniors à domicile» a été instauré par la Ligue Alzheimer. Dernièrement, c’est la commune de Frasnes-lez-Anvaing (Belgique) qui a accepté de se joindre au projet. Et si la France s’inspirait de ses voisins ?

De précieuses informations

En cas de disparition, le temps est compté. Encore plus lorsqu’il s’agit d’une personne âgée atteinte de la maladie d’Alzheimer ou de démence. Pour que la police puisse être efficace dans ses recherches, elle a besoin d’informations claires et précises. Ce dispositif comporte donc une fiche qui réunit des informations cruciales sur la personne disparue, comme sa description physique ou encore les lieux qu’elle affectionne. La fiche une fois remplie, elle est placée dans une petite boite dans le frigo afin que la police puisse y accéder rapidement ; il s’agit en effet d’un endroit facilement identifiable et présent dans tous les foyers. Les seniors ont une mémoire à long terme mieux conservée, ce qui les pousse souvent vers des endroits chers à leur souvenir, comme un ancien lieu de travail par exemple. En donnant des pistes pour orienter les recherches, cette fiche augmente les chances de retrouver la personne âgée saine et sauve.
Auparavant, ce système avait déjà été mis en place par la police fédérale mais ne concernait que les seniors accueillis en institutions. Pourtant, 70% des personnes atteintes de démence vivent encore chez elles. D’où cette nouvelle version «domicile».

© Ligue Alzheimer

Sur le web
Site de la Ligue Alzheimer