Déployer la prévention à tous les âges, pour préserver l’autonomie des aînés le plus longtemps possible, c’est ce que promet la stratégie « Vieillir en bonne santé 2020-2022 », présentée le 16 janvier 2020 par Agnès Buzyn, ministre des Solidarités et de la santé. Elle repose sur le constat suivant : « la perte d’autonomie des aînés n’est pas une fatalité » et n’est pas « liée à l’âge mais à la maladie ». Aujourd’hui, sur 10 personnes qui décèdent en France, 4 ont connu la perte d’autonomie dont 2 de façon sévère. « Demain, grâce à la prévention, la perte d’autonomie des personnes âgées doit devenir l’exception », précise le communiqué du ministère.

3 moments clés de la vie

Pour que chacun puisse adopter les bons réflexes de prévention, la stratégie se concentre sur trois moments-clés de la vie. Une application lancée fin 2020 par Santé Publique France permettra à chacun, dès 40 ans, d’évaluer ses besoins de façon autonome et de recevoir des conseils personnalisés. Un rendez-vous de prévention organisé au moment du passage à la retraite montera en puissance, avec un objectif de 200 000 personnes reçues par an d’ici 2022. Enfin, une démarche de détection des fragilités des personnes âgées à domicile sera expérimentée dans plusieurs territoires, grâce à un outil inspiré par l’Organisation mondiale de la santé (OMS).
Parce que la lutte contre l’isolement est une arme très puissante de prévention, la stratégie vise également à « mobiliser le plus largement possible les acteurs de terrain autour de cet enjeu majeur ». Les bonnes pratiques seront diffusées auprès des collectivités, parmi lesquelles le label « Villes amies des aînés ». Dès 2020, les jeunes participant au service national universel seront mobilisés notamment contre l’isolement des aînés.

Un environnement adapté

« Garantir l’autonomie, c’est aussi adapter l’ensemble de notre cadre de vie (transports, espaces urbains, habitats, équipements, etc) », poursuit le ministère qui affirme, à ce titre, que l’enjeu de l’adaptation des habitats, notamment pour éviter les chutes, est au cœur des préoccupations de Julien Denormandie, ministre chargé de la Ville et du logement. En partenariat avec Action Logement, l’Etat mobilise une enveloppe d’un milliard d’euros pour aider les Français à adapter leurs salles de bain, avec des subventions pouvant aller jusqu’à 5000 euros (www.adaptation-douche.gouv.fr).
Pour susciter l’innovation partout sur le territoire et organiser la mobilisation des acteurs institutionnels et économiques, Agnès Buzyn a lancé un tour de France de la Silver economy dans toutes les régions. Afin de diffuser dans tous les territoires les innovations les plus probantes pour prévenir la perte d’autonomie, un centre de ressources sera créé en 2020, et les instances départementales finançant la prévention seront renforcées. La réforme globale du grand âge et de l’autonomie doit faire objet d’un projet de loi à l’été 2020.