Vivre à la ferme plutôt qu’en maison de retraite


En Hollande, les personnes âgées confrontées à la perte d’autonomie ou à certaines maladies évolutives n’ont pas que la maison de retraite comme solution d’accueil. Le pays compte aujourd’hui 250 fermes Green care. Ces exploitations agricoles se sont inspirées du principe d’accueil de jour pour offrir aux seniors fragilisés, seuls ou désorientés des soins et services d’aide adaptés.

Participation aux activités

Reconnues par le groupe Alzheimer Europe, ces fermes accueillent des résidents de 83 ans en moyenne. En petits groupes, ils sortent chaque jour pour contribuer à certaines tâches, tels que le soin des animaux, toujours en fonction de leurs envies. Généralement, les bénéfices de ce mode d’accueil ne se font pas attendre : « Ma mère n'a pas le sentiment d'être malade. Elle est traitée avec dignité et respect », témoigne un proche aidant auprès du site Age Village. L’idée séduit de nombreuses familles puisqu’elle s’affranchit de l’approche biomédicale du vieillissement, souvent dominante.

Plus de bénéfices sur la santé

Des études sont en cours pour évaluer les impacts de cette initiative et son coût mais certaines, menées aux Pays-Bas, tendent déjà à prouver que le dispositif Green care apporte des bénéfices supplémentaires par rapport aux structures d’accueil classiques, puisqu’il propose, selon le site Mythe Alzheimer, « davantage d’activités variées, une implication plus élevée, plus de participation sociale et un sentiment plus fort de faire partie de la société, ainsi que des efforts physiques plus conséquents et une plus grande envie de s’alimenter ».
D’autres méthodes d’accueil, impliquant pour les résidents de vivre à la ferme 24h sur 24, sont en train de voir le jour. Une façon intelligente de se mettre au vert et de lutter contre l’isolement social !


© Maastricht University